[Das Märchenbuch]

Voilà le genre d’image que j’affectionne particulièrement. De celle qui te raconte une histoire, qui laisse ton imagination voyager… 

Cette « Image de la semaine » est en fait une archive. Je vous la présente toutefois aujourd’hui car j’ai ressorti cette semaine mon appareil photo pour mon projet « Une vi(ll)e de ponts » afin de compléter ma série débutée en mars 2018 sur le pont de Zaehringen. C’est pourquoi je me suis replongé dans mes archives et me suis arrêté sur cette image qui a, à mes yeux, ce petit quelque chose en plus…

Afin de ne pas brider votre imagination en vous racontant l’histoire que je m’en fais, je vais plutôt vous expliquer ce qui me plait ici. Ça me parait intéressant, pour une fois, de vous raconter mon image dans sa construction.

Il y a tout d’abord ce cadre naturel formé par les deux piliers de chaque côté de l’image et le toit sur le dessus. Un cadre peut être contraignant mais il est surtout rassurant. Ici il permet de plonger dans l’image, d’y rester et s’y balader à la recherche des détails. Ce cadre est également renforcé par mon choix du format carré, un format que j’apprécie beaucoup soit dit en passant et qui fonctionne plutôt bien ici…

Il y a ensuite le pont, sujet de mon projet en arrière-plan, et la cathédrale qui semble dominer la ville. Ces deux éléments sont des lieux emblématiques de Fribourg et renseignent donc immédiatement sur le lieu de la prise de vue. Le côté intemporel (de prime abord) de l’image, renforcé par le noir et blanc, me plait également beaucoup. Ce n’est que par après que l’on distingue notamment un bus circulant sur le pont et donnant donc une idée plus précise de l’époque de la photo.

Et enfin, l’élément principal; celui qui fait passer, à mes yeux, cette image de « banale » à « ah oui! Il y a quelque chose… ». Le côté « humain » essentiel à la photographie de rue: ce sac ouvert sur le banc, laissant voir « Das Märchenbuch ». C’est grâce à lui que mon imagination va se mettre en marche et créer ses petites histoires: que fait ce sac ouvert posé sur ce banc? Qui est la personne l’ayant laissé ici? Que lui est-il arrivé? Etc. N’ayant plus que quelques connaissances scolaires en allemand, j’ai interrogé un traducteur (merci Google…) afin de lever le mystère sur le titre du livre. Et la réponse complète parfaitement le tableau: « Das Märchenbuch » est un livre de contes… et c’est parfait ainsi, vraiment parfait!

N.b. il n’y a évidemment aucune mise en scène ici. Ce sac était bel et bien posé tel quel et est resté sur ce banc tout le temps de ma sortie photo…